/ mai 19, 2021/ Diy beauté, on s'y met !

C’est la saison des pâquerettes: mais plutôt que de les laisser faner sur les pelouses, pourquoi ne pas en faire un macérât huileux ? Vous obtiendrez une huile riche en principes actifs et pour 3 francs six sous !


C’EST QUOI ?

macérât huile

Un macérât est une plante qui macère dans une huile (un peu comme son nom l’indique en fait !!!). Dès lors que le processus est bien respecté, les actifs de la plante vont se libérer dans l’huile. Après plusieurs semaines, vous aurez un produit final brut et naturel, bourré des principes actifs de la plante. Je vous explique la marche à suivre plus bas mais d’abord avec quelles plantes faire un macérât ?

macerat paquerette

Vous pourrez réaliser un macérât avec presque n’importe quelle fleur ou plante, du moment qu’elle contient des actifs qui vous intéressent. Je vous avais déjà parlé du macérât de carotte ou de plantain :

Pour celui-ci, j’ai choisi les pâquerettes pour deux raisons.

1- La première, il y en a plein partout en ce moment et je pensais pouvoir occuper ma fille pendant quelques heures en lui vendant un moment de complicité entre filles. ERREUR ! Au bout de quelques minutes, je me suis retrouvée avec un panier qui contenait 10 pauvres petites fleurs. J’ai eu beau essayer de la soudoyer avec la fameuse « petite pièce » pour service rendu mais NON… ma cueilleuse avait rendu les armes. Me voilà donc seule sur ma pelouse à discuter avec les coccinelles et les abeilles.

2- L’autre raison est plus dermatologique : c’est une huile pleine de bienfaits. Elle est :

  • Galbante et raffermissante : idéal donc pour le buste et le ventre pour redonner un peu de fermeté à tout ça (ou prévenir en tout cas !)
  • Cicatrisante : riche en acides gras insaturés et en polyphénols (antioxydant), elle assouplit les cicatrices boursoufflées.
  • Décongestionnante : elle active la circulation sanguine et évite les engorgements : adieu donc jambes lourdes, vergetures, couperose et peau flasque !
  • Apaisante : les Oméga 6 qu’elle contient va régénérer le film hydrolipidique. Elle soulage également les peaux sensibles, matures et enflammées.

Une fois votre huile prête (nous verrons le mode de fabrication plus bas, vous pourrez rajouter des composants actifs comme :

  • des huiles essentielles (à choisir en fonction de l’effet recherché)
  • du CBD qui aura pour effet de calmer les inflammations ou de réduire les problèmes de peau (acné, eczéma, psoriasis…) Explication ici (CLIC)

Bref, une huile à avoir quelque soit l’âge !

macerat huileux de paquerette

LE PROCESSUS

macérât huileux

Mais si le macérât est très (très, très) simple à réaliser, il y a quand même quelques précautions à prendre. Lors de la cueillette, il faut idéalement récolter les fleurs en début de journée lorsque le soleil a commencé à les chauffer. Cela permet d’enlever un peu l’humidité de la rosée tout en gardant tous les bienfaits. Il faudra veiller à ne garder que la fleur et couper la tige (pas évident au bout de 248 fleurs cueillies !).

macerat de paquerette
Les pâquerettes sèchent au four !

macérât huileux de pâquerette

macérât huileux de pâquerette

Première étape : le séchage

Certains font une macération de fleurs fraiches mais je trouve le risque de rancissement trop grand; En effet, l’humidité contenue dans la fleur a tendance à faire pourrir l’huile au fil des semaines.

Vous pourrez donc soit :

  • les étaler sur un plateau ou une grille et attendre que toute l’humidité soit évaporée. Vous le saurez en frottant une fleur entre vos doigts : il ne devra plus rester de trace d’humidité et les fleurs seront alors un peu cassantes. En fonction de votre lieu géographique, cela peut prendre de quelques jours à plusieurs semaines.
  • soit en les faisant sécher au four à température très douce (environ 40-50°) pendant environ 1 heure. Les fleurs devront être également sans trace d’humidité entre les doigts et un peu cassantes avec un léger bruit de paille.

Deuxième étape : la mise en bocal

Ensuite vous mettrez les fleurs dans un bocal préalablement bien lavé et désinfecté. Tassez légèrement avec la paume de la main. Recouvrez les fleurs d’huile. Concernant le choix des huiles, il faut une huile riche en vitamine E ce qui évite le rancissement. Celle de tournesol est donc parfaite pour cela. Mais si vous souhaitez en utiliser une autre, il vous suffira de rajouter de la vitamine E afin de prolonger la durée de conservation. Vous pouvez en trouver chez Aromazone.

Troisième étape : la macération

Une fois les les fleurs bien recouvertes d’huile, refermez le bocal et mettez le dans un endroit à l’abri de la lumière (dans un sac en papier kraft par exemple). Positionnez le bocal soit devant une fenêtre pour que les rayons du soleil le fassent chauffer, soit au dessus d’un radiateur (à eau, pas électrique !). La douce chaleur va activer le processus de transfert des actifs dans l’huile. Attendre au moins 1 mois avant de filtrer l’huile.

Dernière étape : la filtration

Une fois votre huile gorgée de principes actifs, vient le temps de la filtration. Pour cela, rien de plus simple. Posez une gaze au dessus du bocal maintenu par des élastiques. versez l’huile dans un bocal propre. Afin de récupérer un maximum d’actifs, détachez la gaze et pressez-la entre vos mains afin d’en extraire un maximum d’huile.

Et voilà, votre macérât maison est prêt ! En fait, celle qui bosse le plus, c’est Dame Nature en extrayant les actifs des plantes !


Maintenant à vous de jouer : un panier, une pelouse et des pâquerettes !!!


Cet article vous a plu ?

On continue ?

0 0 votes
Évaluation de l'article
Vous souhaitez partager cet article ?
Je choisis
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires